Trois hivers après son arrivée dans le Pays Noir, Cristian Benavente semble plus fort que jamais. L'international péruvien est désormais incontournable dans le onze de base, et alimente de plus en plus régulièrement sa feuille de stats. C'est pour l'installer dans des conditions optimales, en soutien de Victor Osimhen, que Felice Mazzù a provisoirement abandonné son 4-4-2 fétiche depuis l'automne, soucieux de permettre à son meilleur atout offensif de briller le plus fort possible.

Les lumières de la Pro League mettent le talent de Benavente en vitrine, et les convoitises sont de plus en plus nombreuses. Avant de se rabattre sur un Siebe Schrijvers bien moins onéreux, les champions en titre brugeois avaient ainsi pris la température pour une arrivée du numéro 14 des Zèbres dans la Venise du Nord. Cet hiver, c'est en mauve que certains imaginent Benavente.

La perspective d'un départ pourrait donner des sueurs froides au public carolo, mais Mehdi Bayat envisage le mois de janvier avec sérénité. La trésorerie zébrée se porte bien depuis le transfert de Kaveh Rezaei au bout du mois d'août, et les hommes les plus convoités du noyau de Mazzù (Benavente et Marco Ilaimaharitra) ne sont pas à vendre, à moins d'une offre de l'acabit de celle des Brugeois pour Rezaei.

L'histoire sera sans doute différente l'été prochain. Arrivé au bout d'une nouvelle saison avec le Sporting, Benavente pourrait bien tenter sa chance ailleurs, que ce soit au sein d'un club du top belge ou à l'étranger (une vente internationale dont certains rêvent en secret dans le Pays Noir, pour enfin toucher le pactole étranger sans passer par un grand club national).

Charleroi a donc l'opportunité d'anticiper, sans créer dans son groupe un surnombre qui pourrait déplaire à Felice Mazzù, attaché à l'équilibre des troupes. En effet, aucun membre du noyau ne peut véritablement servir de doublure à Benavente, en tant que milieu offensif / neuf et demi. L'arrivée d'une doublure, qui aurait quelques mois pour s'adapter avant de prendre la relève de Benavente en été, pourrait être la principale animation du mercato carolo.

Par Guillaume Gautier