Du rythme mais pas d'occasions franches. On pourrait résumer de la sorte une première mi-temps agréable à regarder où deux équipes dynamiques ont été tout aussi imprécises en phase de finition. Anderlecht s'est montré plus convaincant et constant que son adversaire mais a souvent pêché dans la dernière passe, dans le dernier geste. Résultat: une seule frappe cadrée avant la pause mais aussi des récriminations pour un contact entre Pletinckx et Dimata dans le rectangle.

L'avant-centre anderlechtois revenait dans le onze de base pour la première fois depuis fin décembre. Soutenu par les nouveaux venus Bolasie et Zulj ainsi que par le jeune Verschaeren, Dimata a constamment été sollicité par ses équipiers mais n'est pas parvenu à retrouver la voie du but. Court physiquement, il a fini par céder sa place à Santini.

Entre-temps, un Anderlecht pressé s'est précipité en avant mais a multiplié les déchets techniques. Cela n'a pas empêché Kums (58e) et Kara (66e) de déranger Bossut alors que Bongonda (48e) et Harbaoui (66e) rappelaient aux Bruxellois de ne pas se découvrir de trop.

Les hommes de Fred Rutten ont accentué la pression en fin de match, limitant les opportunités du Essevee. Les résultats n'ont pas été glorieux. Bien positionné pour faire mouche, Zulj a manqué de lucidité à deux reprises et n'est pas parvenu à marquer ce but tant attendu par le public anderlechtois, reparti bredouille.