Frenkie de Jong et son agent Ali Dursun forment un duo particulier. Ils sont d'accord sur tout, parlent de l'avenir et apprécient leur collaboration passée. Ils se parlent chaque jour. Ces derniers mois, c'est souvent le même sujet qui revient : l'énorme intérêt des clubs étrangers.

Ali Dursun: C'est très simple: si un club se présente et que Frenkie n'est pas intéressé, nous coupons court. C'est très honnête, personne ne perd son temps.

Frenkie de Jong : Sincèrement, tous ces clubs, c'est un peu spécial hein. On dirait un jeu vidéo.

Dursun : Nous avons ramené la liste de dix à trois noms puis, soudain, j'ai reçu un coup de fil d'un grand club qui plaisait à Frenkie. L'aspect sportif passe avant tout. Il faut que tout fonctionne, de A à Z. Frenkie doit jouer et pas être la cinquième roue de la charrette.

De Jong : Quand des gens me téléphonent pour un transfert, je les envoie chez Ali.

Dursun: : Bien sûr, nous avons beaucoup d'offres. Le nombre d'agents qui ont déjà appelé Frenkie... Ce n'est pas normal.

De Jong :Tous me racontent de belles histoires mais je les remercie poliment et je les envoie chez Ali.

Dursun : Alors, ils essayent de semer la zizanie entre nous. Quitte à mentir. C'est triste mais c'est comme ça que ça marche.

Par Freek Jansen

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Frenkie de Jong dans votre Sport/Foot Magazine