"Ce n'était pas un match facile. Tout le monde s'accroche en qualifs et on reçoit très peu de cadeaux", ajoute Wickmayer. "Il faut se battre pour chaque point, mais je trouve que dans l'ensemble, je me suis montrée agressive et conquérante. Le deuxième set a été un peu plus difficile, car le soleil s'était déplacé et me gênait au service. Je ne parvenais plus à mettre autant de pression. Mais lors des moments importants, j'ai bien répondu présent."

C'est la première fois depuis l'Australian Open 2010 que Yanina Wickmayer se retrouve obligée de passer par les qualifications pour mériter sa place dans le tableau final d'un tournoi du Grand Chelem. Mais elle est prête à faire contre mauvaise fortune bon coeur.

"Je ne vais pas mentir. Il y a plus agréable que de devoir repasser par les qualifications, mais j'essaie de prendre les choses positivement", indique-t-elle. "C'est une nouvelle année. J'ai eu pas mal de soucis l'an dernier et là, je repars d'une page blanche. C'était mon premier match de la saison et c'est du bonus. On gagne aussi des points WTA. Je ne suis donc pas là pour rien. Et puis, chaque match gagné apporte de la confiance. Je suis contente d'être là et je suis prête à me battre".

Elle affrontera vendredi la jeune Australienne Priscilla Hon (WTA 211), 19 ans.

Bonaventure en confiance

"Je suis satisfaite d'avoir gagné oui, mais pas spécialement de mon niveau de jeu", a confié Ysaline Bonaventure (WTA 164) après sa victoire au premier tour des qualifications de l'Open d'Australie. La Liégeoise, 23 ans, a battu 7-6 (7/1) et 7-5 l'Australienne Tammi Patterson (WTA 344), 28 ans bénéficiaire d'une invitation, après 1h39 de jeu.

"Je n'ai pas joué mon meilleur match. J'étais favorite sur papier, vu qu'elle avait hérité d'une invitation et du coup, je me suis mis une pression supplémentaire", raconta-t-elle. "Mais grâce à mon bon début d'année, j'ai amassé pas mal de confiance et cela m'a aidé à m'imposer en deux sets. Cela fait toujours du bien de remporter un match. Et puis, c'est très important aussi de ne pas avoir eu à rester trop longtemps sur le court. Il faisait très chaud et il faut garder de l'énergie pour enchaîner les matches, vu qu'il faudra jouer trois jours d'affilée pour se qualifier."

Ysaline Bonaventure a, effectivement, bien entamé 2018. Lors de son premier tournoi, à Auckland, la gauchère est parvenue à s'extirper des qualifications, avant d'éliminer la Kazakhe Yulia Putintseva (WTA 50) au premier tour. Elle espère, dès lors, réussir le même coup à Melbourne.

"J'avais bien terminé l'année 2017, en remportant le tournoi ITF de Saguenay, au Canada, et j'ai bien travaillé durant l'hiver", poursuivit-elle. "J'ai cherché à améliorer mon service et à progresser également physiquement, avec Fabien Bertrand, qui bosse aussi avec David Goffin. Sur mon début d'année, je devrais avoir ma chance ici, mais je prends match par match. Je me sens bien, je ne suis pas fatiguée, j'ai de la confiance. Du coup, c'est clair que les matches sont à ma portée. On verra bien", conclut-elle.

Au deuxième des trois tours de qualification, la gauchère défiera la Serbe Ivana Jorovic, 192e joueuse mondiale, âgée de 20 ans. Ce sera la troisième rencontre entre les deux joueuses, qui sont à égalité une victoire partout.