Mi-mars, le Flyboard Air avait été interdit de vol faute d'avoir respecté les règles de sécurité et d'homologation. Son inventeur, M. Zapata, un ancien pilote professionnel de jet-ski dont la société est installée au Rove (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, avait alors menacé de quitter la France, assurant avoir reçu des invitations à s'installer dans d'autres pays, notamment des Etats-Unis.

La justice avait notamment ouvert une enquête préliminaire pour "non-respect des règles minimales de survol et conduite d'un aéronef sans les titres nécessaires".

Moins de six mois plus tard, "une zone réglementée temporaire (ZRT) a été créée récemment dans le secteur nautique à proximité de Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône) (...) réservée aux évolutions du Flyboard Air", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la direction générale de l'aviation civile (DGAC), qui "s'apprête à réviser le laisser-passer dont dispose le Flyboard Air afin de lui permettre d'évoluer dans cette zone".

Contactée, l'entreprise de Franky Zapata n'a pas souhaité réagir, préférant attendre une notification officielle de son autorisation de vol par la préfecture.

Avant le Flyboard Air, entièrement autonome, Franky Zapata avait déjà inventé le Flyboard, un autre engin qui permet d'effectuer des vols jusqu'à 140km/h en se propulsant grâce à l'air et à l'eau, relié à un jet-ski. Très spectaculaires, les vols de Flyboard donnent lieu à des compétitions à travers le monde, prisées des amateurs de sports de glisse.